<< Précédemment
Par la suite >>

Le 17/01/2007, 23h25

Ouhouhouhouhou...



Vous avez entendu ? Les médias ne parlent plus que de ça, ou presque : la France est le pays le plus fécond d'Europe, presque du monde. Et ils s'en félicitent, s'en font une gloriole : "Bravo les petits ! Continuez !"... C'est quoi, cette connerie ? Où ont-ils vu que l'augmentation de la population mondiale était un bien ? Parce que ça va faire plus de consommateurs pour nos belles industries ? Plus de travailleurs pour payer les retraites des vieux ? Sûr. Plus de déchets donc, de pollution, toujours moins de place aux autres espèces, à la nature, à la vie, quoi, à toutes ces choses que, dans notre vision de parasite, nous nommons ressources naturelles. Mais ils ont raison : plus nombreux on sera, plus vite ça arrivera...

L'autre jour, je suis tombé par hasard sur ce texte d'Albert Jacquard (ou ), extrait de Au péril de la science ? éd. du Seuil, 1982.


Grâce à la technologie que nous avons mise au point, nous modifions presque à notre gré, et modifierons plus facilement encore dans un avenir proche, les conditions naturelles dans lesquelles nous vivons. Depuis peu nous avons pris conscience des conséquences à long terme de cette action ; nous avons constaté qu’en dehors même du cataclysme nucléaire que nous pouvons déclencher, nous épuisons les ressources disponibles, lentement accumulées au cours des périodes géologiques, et perturbons des équilibres millénaires.

Notre planète n’est pas si grande, et nous sommes condamnés à y rester. En quelques instants nous détruisons, pour des satisfactions futiles, des richesses lentement drées par la nature : pour informer le « public » de la défaillance de tel champion ou du divorce de telle vedette, nous détruisons des hectares de forêt transformés en papier journal, dont une infime partie fera l’objet d’un regard et qui sera, quelques instants plus tard, devenu poussière et gaz carbonique. Les déchets que nous produisons s’accumulent et les océans eux-mêmes sont transformés en poubelle, une poubelle qu’aucun éboueur ne viendra jamais vider. Notre recherche immédiate de confort et de plaisir menace à long terme notre survie ; elle menace, dans le même mouvement, toutes les espèces qui cohabitent avec nous sur la Terre.

Un des cas les plus aberrants et les plus spectaculaires de destruction absurde d’une richesse collective est le massacre des baleines ; toutes les espèces de ce mammifère se raréfient et risquent de disparaître. L’effectif de la baleine bleue, géant absolu non seulement de la mer, mais de toutes les espèces qui vivent ou ont vécu sur la Terre, n’est plus que d’environ 3000, alors qu’il dépassait 40 000 il y a un demi-siècle. Des mesures de protection, bien tardives, ont été prises, mais les deux principaux pays responsables, le Japon et l’URSS, se sont longtemps opposés à leur application. L’objectif de ce massacre est particulièrement dérisoire : avec la chair des baleines, on fabrique essentiellement des aliments pour chiens et chats, des lubrifiants et du rouge à lèvres.

Pour que la vie se maintienne sur notre planète, faudra-t-il souhaiter, comme Nietzche, et organiser la mort de l’homme ?



Sa dernière phrase fait froid dans le dos, mais j'ai rarement lu de texte plus en phase avec ce que je pense aujourd'hui.


Edit du 18/01, vers 23 heures
Si vous l'avez manqué dans les commentaires, ou si vous n'êtes pas encore allé le voir, précipitez-vous voir L'île aux fleurs, signalé par julielanne, un film très intelligent et dont le message final est d'autant plus fort (genre coup de poing dans la gueule) que le film est à mourir de rire (presque) jusqu'au bout. Merci Julie pour ce cadeau.



- Pas de tag -
- Lien permanent vers cette note -
Le 15/01/2007, 08h09

Sex and drugs and rock'n'roll



Les fêtes, c'est l'occasion de voir la famille, prendre des photos (plus que d'habitude) et faire le tri pour les envoyer aux uns et aux autres. Je suis tombé sur celle-ci où je ne trouve (déjà) pas à la puce l'air de quelqu'un qui vient juste de perdre ses dernières dents de lait. Je lui trouve un genre début des seventies, d'où le titre (et rien d'autre...).



L'étymologie appliquée
Gyrophare, gyroscope, dextrogyre, lévogyre partagent tous une racine commune, du grec gûros [-gyre, -gire, gyr(o)-], cercle et, par extension, qui tourne.
On retrouve ce sens dans l'expression "C'est pas que j'm'emmerde, mais le temps passe alors gyre tourne"...



- Pas de tag -
- Lien permanent vers cette note -
Le 07/01/2007, 23h14

Adieu, Albertine


Grande étape dans la vie d'une enfant : MiniFrez, en perdant ses dernières dents de lait, a dit adieu à la petite souris Albertine qui lui apportait des cadeaux en échange de ses dents tombées. Elle ne la reverra que quand elle sera mère à son tour. La roue tourne. Comme dit la demoiselle :"Maintenant, je suis une adulte responsable... Enfin, 'responsable' est peut-être de trop." La culture occidentale a fait disparaître tous les symboles, cérémonies et autres fêtes qui accompagnaient l'enfant dans son chemin vers l'âge adulte. Dans certains coins d'Afrique, les mômes partaient chasser le lion, seuls. En revenant, bing! ils étaient bombardés hommes au cours d'une cérémonie magnifiant cette transition, tout ça à un âge où la plupart des notres chopent leurs premiers boutons. Chez nous, ils attendent 18 ans pour pouvoir voter et, en attendant, doivent fermer leur gueule. Ca se construit comment, un adulte ? En l'occurrence, avec 2 Dragon Ball Z, 10 euros et un post sur le blog de son père...



- Mots clés : Dessin, Blabla, Enfant, Adulte -
- Lien permanent vers cette note -
<< Précédemment
Par la suite >>
Accueil du Café Rechercher au Café
Liens à suivre... Syndication ?Historique Une bafouille ? Nuage de tags