<< Précédemment
Par la suite >>

Le 28/02/2008, 02h30

Le yin et le yang



Attention
Avec la normalisation d'un langage toujours plus asseptisé, on ne doit plus parler de vinaigre mais d'un membre d'un membre d'une communauté visible...



- Mots clés : Photo, Montage, Jeu de mots -
- Lien permanent vers cette note -
Le 25/02/2008, 23h38

Abstraction culinaire



Existentialisme
Sartre a écrit, en 1943, "l'existence précède l'essence, et même de plusieurs secondes". Mais comme il a été incapable d'en préciser correctement le délai (peut-être trop nul en math), son éditeur a préféré ne conserver que le début de la phrase.
Son ordre de grandeur était cependant correct. Et aujourd'hui, des mesures précises rendues possible par les progrès de la science nous permettent d'affirmer avec précision "l'existence précède l'essence ordinaire de 7 secondes 22 et le sans-plomb 98 de seulement 3 secondes 96"...



Et l'autre jour, dans ce post, dine se demandait à quoi ressemblait l'image originale et krysalia (entre autre), ce que mon modèle avait sur la tête. La réponse en images :



Pour les hommes, je précise que les bouts de film transparent servent à poser des mèches. Non, un truc technique. Vous pouvez pas comprendre...



- Mots clés : Photo, Détail, Existentialisme -
- Lien permanent vers cette note -
Le 21/02/2008, 23h46

Vertige



Encore un pas.
J'avais passé des heures à chercher à deviner la naissance de ces colonnes, ces tours sans fin dans lesquelles nous vivions, parqués.
Des heures à scruter cette brume obscure qui en masquait les pieds, et dont le regard ne pouvait pourtant rien espérer.
Des heures à regarder le vide, à me foutre le vertige à en avoir le bide à l'envers.

Encore un pas.
Une vie entière sans même pouvoir changer d'étage.
J'ai passé trop d'heures à espérer trouver un sens à ce monde sans âme, dont le gigantisme et l'étroitesse écrasent dans l'oeuf toute velléité d'être.
Trop d'heures pour pouvoir continuer sans réponse.
Il me faut savoir.

Encore un pas.

Au bord du vide, je regarde encore vers le bas.
La tête me tourne.
Il parait qu'on n'arrive pas vivant en bas, que le coeur lâche bien avant; trop de pression, trop de vitesse, c'est ce qu'ils disent.
Mais moi, je vais tenir. Je dois tenir, pour savoir...

Pour savoir enfin, juste avant de mourir.


Encore un pas...


- Mots clés : Photo retouchée, Poésie -
- Lien permanent vers cette note -
<< Précédemment
Par la suite >>
Accueil du Café Rechercher au Café
Liens à suivre... Syndication ?Historique Une bafouille ? Nuage de tags