<< Précédemment
Par la suite >>

Le 07/09/2008, 22h52

Time flies...




Les mouches du temps


De la fenêtre à la casserole
Via la théière, les mouchent volent
Tiens, la théière qu’on a depuis
Qu’on n’a plus d’nouvelle de Jean-Louis.
C’est lui qui nous l’avait offerte
Quand nous habitions à Conflans.
Coulait la Seine et son eau verte,
Le téléphone marchait pourtant.

Les mouches volent et elles m’agacent
Le temps est lourd, la pluie menace
(Ça veut dire quoi ?)

Les couleurs des fantômes passent.
Dans leur abri de plexiglas
Ils ne sont plus guère que leur ombre.
Au fond de ma caboche sombrent
Comme des rafiots mes souvenirs,
Et leur image, sans aucun doute
A la sainte Laure sera dissoute.
Il ne sert à rien de vieillir.

Les mouches volent comme des archers
En suivant un parcours fléché
(Ça veut dire quoi, tout ça ?)

Les fils de ma mémoire se touchent
Ses trous géants s’emplissent de mouches.
J’aimais des gens, nous étions deux
Je crois même qu’on était heureux.
Que s’est-il donc encore passé ?
Ah oui, le temps est arrivé
Avec ses mouches, toutes de mèche
Ces sales mouches avec leur flèche.

Les mouches du temps aiment une flèche.
Ca veut dire quoi en vieil englesh ?
(Ça veut dire quoi, déjà ?)
(Ça veut dire quoi ?)




Clé de lecture : "Les mouches du temps aiment une flèche" se traduit en anglais "time flies like an arrow", de la même façon que "le temps file comme une flèche".
Clin d'oeil : prenez un calendrier et cherchez la sainte Laure...



Mon boulot très est prenant en ce moment, mais j'essaie de passer vous voir, même si je ne laisse plus beaucoup de mots... Faut que ça se rode...


- Mots clés : Photo, Montage, Mouche, Bestiole, Poésie -
- Lien permanent vers cette note -
Le 04/09/2008, 23h47

Première carte postale de Bordeaux



Petit panoramique de la cathédrale Saint-André, avec son fameux clocher, la tour Pey-Berland, qu'on ne voit justement pas sur cette vue. Certains penseront "pas de bol". D'autres y verront l'occasion d'une autre future carte postale bordelaise.


Au début...
Ces jours-ci, Keziah Jones donne quelques concerts dans le métro parisien, histoire de rappeler que c'est là qu'il a été repéré, il y a 17 ans de ça. Il n'est pas le seul à avoir commencé par la rue ou le métro. On se souvient que Tracy Chapman a fait de même (enfin, c'est ce qui se disait à la sortie de "Talking about a revolution", mais Wikipedia présente une version un peu différente). Ca me ramène directement à un petit bout de papier que j'ai retrouvé au fond de ma sacoche, à l'occasion du déménagement. Et je me suis rappelé de son histoire : il y a quelques années, des musiciens chanteurs dans le RER, un matin, qui jouaient avec un autre que je voyais plus souvent et qui, tous ensemble, mettaient une sacrée ambiance. Ils me disent pouvoir faire des animations et je prends leurs coordonnées, pour le cas où... Ce cas ne s'est pas produit mais retrouver ce papier précisément en ce moment est assez... amusant :



Ca vous rappelle quelque chose ? :)


- Mots clés : Photo, William Baldé -
- Lien permanent vers cette note -
Le 01/09/2008, 23h15

Vains milieux, saoule et mère



Et pourtant, c'est si bon à la plancha... (un grand merci aux préparateurs et cuistos, s'ils se reconnaissent)


- Mots clés : Photo retouchée -
- Lien permanent vers cette note -
<< Précédemment
Par la suite >>
Accueil du Café Rechercher au Café
Liens à suivre... Syndication ?Historique Une bafouille ? Nuage de tags