<< Précédemment
Par la suite >>

Le 10/11/2008, 15h37

Oui, et alors ?






Supériorité flagrante
Pendant les derniers jours de la campagne américaine, j'ai entendu à la radio une sorte d'autocritique journalistique reprochant aux médias français de (trop) manier l'hyperbole. Ce à quoi je réplique tout de go que c'est quand même un peu mieux que les médias américains qui, eux, se sont arrêtés au Super Bowl... :)


- Mots clés : Photo, Jeu de mots -
- Lien permanent vers cette note -
Le 06/11/2008, 22h59

Allo ? Oui ? Ne... raccrochez pas





Attention
Il ne faut pas confondre mes citrouilles et peur du sauveur.


Oui, je sais. Je ne serais pas chez moi, je sortirais...
Mais bon, ici, je fais ce que je veux :)


- Mots clés : Dessin, Jeu de mots -
- Lien permanent vers cette note -
Le 04/11/2008, 18h45

Béatitude



Le titre est évidemment une référence à la série Smiling de Bé@ (et donc devrait s'orthographier Bé@titude). C'est aussi un clin d'oeil au modèle, à une très belle journée passée chez eux, entre autres à manger une poêlée de cèpes :)


C'est aussi un sourire par anticipation, le mien, celui qui suivrait l'élection de Barack Obama, aujourd'hui. Sourire probable mais loin d'être encore joué, car j'ai le sentiment qu'à chaque fois que les médias français ont marqué un fort penchant pour un candidat dans une élection étrangère et l'ont annoncé vainqueur, il a été battu. Je me souviens comme si c'était hier de l'élection israélienne qui a vu la défaite de Shimon Peres en 1996. Ce dernier était annoncé vainqueur le soir du vote, on s'est endormi dans un état d'euphorie et réveillé dans un Netanyahu.

Mais ce sourire anticipé s'accompagne de certaines craintes dont j'ai entendu les médias se faire l'écho ce matin même. Obama a généré un espoir gigantesque en dehors des Etats-Unis, là où le ras-le-bol de Bush était le plus fort, mais aussi aux Etats-Unis, et particulièrement dans certaines catégories dites "défavorisées" de la population. Mais il y a quelques faits qu'il faut conserver en tête :
- les programmes d'Obama et McCain ne sont pas si éloignés sur de nombreux points;
- Obama, s'il est élu, sera le président des Etats-Unis;
- Obama est un homme politique;
- Obama n'est qu'un homme.
Un examen attentif de ces points nous permet de comprendre qu'il ne fera pas de miracle. Un homme politique de bonne volonté (accordons-lui ça par hypothèse), une fois au pouvoir, fait ce qu'il peut avec les moyens du moment et dans le contexte du moment, particulièrement difficile. Et ce qu'il fera, il le fera en premier lieu pour son pays. Il est donc probable que les espoirs placés en lui seront déçus, simplement parce qu'il n'est pas possible qu'ils soient réalisés au niveau de l'attente. Et plus l'attente est grande, plus la chute est haute.

J'exagère peut-être dans le pessimisme, ou le réalisme, quand tant veulent du rêve. Mais s'il passe, il y a un espoir qui ne sera pas déçu : celui de voir nos sociétés poursuivre leur ouverture vers une pluralité toujours plus grande, bref, vers plus d'acceptation, de tolérance. Et ça, c'est bien.



Statistiques
Dans une élection, il y a des électeurs et des électrices (oui, depuis quelques temps, par chez nous, c'est comme ça). J'ai entendu qu'aux Etats-Unis, les femmes représentent 54% des électeurs. Mais elles représentent aussi 100% des électrices. Mais alors, où sont les hommes ? :)


- Mots clés : Photo, Blabla, Politique -
- Lien permanent vers cette note -
<< Précédemment
Par la suite >>
Accueil du Café Rechercher au Café
Liens à suivre... Syndication ?Historique Une bafouille ? Nuage de tags