<< Précédemment
Par la suite >>

Le 02/11/2010, 01h47

Fuel for life ?



Et vous, madame, quand il s'agit de donner la vie, que mettez-vous dans votre réservoir ? Où allez-vous faire le plein ? Fuel for life, avec la fin des grèves, à nouveau disponible à la pompe.


Témoignage de madame M.
"Je n'aime pas faire la queue chez les petits pompistes, trop chers. Pour ne pas qu'il me coûte la peau des fesses, je vais chercher mon Fuel for life directement au Sperme Archer*."




Les références de travail sont les publicités pour le parfum Fuel for life de Diesel : par exemple ici, ou encore .




Le revers des choses (nouvelle)

Elle l'attira vers elle, défit sa ceinture, tira le zip de sa braguette et extrait sa queue du caleçon. Celle-ci ne bandait pas spécialement mais elle la pris en bouche et commença à la sucer. Il finira bien par jouir quand même.

Elle avait instauré ça comme un rite. Elle le suçait dès son retour, chaque fois qu'ils étaient séparés d'une demi-journée ou plus.

Lui avait adoré cette habitude naissante. Le cul, ça plait toujours à un mec, plus encore en début de relation. Alors, quand il tombe sur une fille folle de sa queue, c'est le bonheur.

Mais rapidement, il ne vit plus briller aucun désir amoureux dans ses yeux quand elle s'approchait de son pantalon. Pas plus d'ennui ni de résignation, d'ailleurs, mais juste un regard de méfiance. Et il n'y avait pas que le regard. Ses gestes qui lui avaient d'abord semblé tendres et joueurs étaient vite devenus impératifs, ne lui laissant guère le choix de refuser cette séance.

Il avait adoré puis avait fini par détester ces fellations forcées dont il ne comprenait pas le sens.

Elle n'aimait pas particulièrement le cul. C'était plutôt un passage obligé. Mais lui, il lui appartenait. Il était à elle et il était hors de question qu'il en soit autrement.

Il avait détesté se faire sucer ainsi. Mais devant la violence de ses réactions quand elle n'arrivait pas à lui tirer un semblant d'érection, il avait fini par comprendre la nature du sentiment qui l'animait, la profondeur de la jalousie qui lui bouffait les entrailles. Ce rituel n'avait d'autre objet pour elle que de se l'approprier. Non, mieux : si elle avait voulu le vider pour lui éviter d'avoir envie d'une autre, elle l'aurait pompé avant qu'ils ne se séparent. À son retour, elle prenait son sexe en bouche pour en vérifier le goût, pour s'assurer qu'il ne l'avait pas trempé dans une autre chatte, pas faite lécher par une autre langue, la queue de cet homme qui lui appartenait, cette queue qui était à elle. Il avait alors compris combien elle était à sa merci et il avait adoré ça.

Comme d'habitude, elle le suça sans y prendre d'autre plaisir que de retrouver dans sa bouche une verge insipide et, comme d'habitude, il finit par jouir du pouvoir immense qu'il avait sur elle...




* : genre Auchan ou Carrouf, pour ceux qui n'avaient pas tilté.


- Mots clés : Photo, Montage, Fausse pub, Jeu de mots, Blabla, Sexe -
- Lien permanent vers cette note -
Le 22/10/2010, 01h25

Stylo habile



J'avais d'abord cru pouvoir rendre hommage à ce génial caricaturiste (entre autres) en le représentant un peu à sa manière, en copiant sa technique. Aussi, je me suis jeté sur les photos sur lesquelles on le voyait, chose très rare, chez Maester. Je me suis cependant très vite rendu compte que, pour faire du Coquelet, il ne suffit pas d'avoir un stylo à bille en main... En fin de compte, il reste quand même l'intention initiale, celle de l'hommage.



Attraction des contraires
Le feu et l'eau ne feraient pas bon ménage. Et pourtant, pour lui faire quitter à coup sûr sa demeure de flammes éternelles, on attire le diable par l'aqueux... Étonnant, non ?



- Mots clés : Dessin, Thierry Coquelet, Jeu de mots -
- Lien permanent vers cette note -
Le 17/10/2010, 21h28

Bazar d'automne [édité]




Faussaire, c'est une activité qui me plait bien (métier : contrefacteur à La Poste :) )... C'est un extrait du dos du faire-part évoqué précédemment.



Couleur automnale
Tout comme l'été indien fait rougir les feuilles d'érable au Canada, il fait rougir en France les drapeaux dans la rue. Une histoire de température et de sève, à ce que j'en avais compris... :)




Contre l'ennui
Jade n'aime rien moins que les diners ternes et sans ambiance. Pour éviter cela, elle a un truc : quand la conversation vire au plan-plan, elle parle du président iranien et de ses provocations incessantes. Ça marche à tous les coups. Les échanges se ravivent et le diner retrouve son piquant. Le président iranien, c'est l'arme à diners d'Jade...



- Mots clés : Photo, Montage, Grève, Jeu de mots -
- Lien permanent vers cette note -
<< Précédemment
Par la suite >>
Accueil du Café Rechercher au Café
Liens à suivre... Syndication ?Historique Une bafouille ? Nuage de tags