<< Précédemment
Par la suite >>

Le 23/07/2006, 23h45

Le vieux au portrait




Quand ce vieux-là a poussé la porte du magasin de photos (tous travaux), j'ai d'abord pensé à une erreur. Pas du genre à apporter une pellicule à développer. Et les indiens ne se font pas tirer le portrait. Ils pensent qu'ainsi, on leur vole leur âme. Leur âme... C'est vrai que si on en avait une, ça serait trop con de se la laisser voler.

Du coup, j'ai pas su trop quoi dire quand, dans l'embrasure de la porte, il m'a justement demandé si je pouvais lui en faire, des portraits. "Ben ouais... chuis là pour ça".

Les clients ne se bousculaient pas, on a fait une première séance. Il ne parlait pas, peut-être intimidé. Mais je n'étais pas mieux et pas content de ce que je faisais. J'ai prétexté un boulot à terminer et on a pris rendez-vous pour le lendemain.

Fin de la première partie...


- Pas de tag -
- Lien permanent vers cette note -
Le 20/07/2006, 23h51

Vous avez du feu ?




En plus, ça n'était même pas pour fumer mais pour faire des essais de jeux de lumière, après que Delphine nous ait tous piqués à ça, l'an passé. La voir recommencer m'a fait ressortir cette photo.

Delphine : je n'ai pas encore trouvé la réponse à ton problème d'infos de commentaire oubliées, mais je ne désespère pas...



- Pas de tag -
- Lien permanent vers cette note -
Le 18/07/2006, 16h52

Les Bororo sont des araras


Si si, je ne déconne pas.
Je n'invente rien.
C'est Karl von den Steinen qui l'a dit.
(avec un nom comme ça, c'est forcément sérieux)
D'après une des brochures du musée du quai Branly, il aurait dit ça en 1893.
C'est pour dire...

Avant même de chercher à lui accorder un quelconque sens, ou peut-être surtout parce qu'elle n'en avait aucun pour moi, cette phrase m'a fait rire à sa première lecture. Aux suivantes aussi, d'ailleurs. Les Bororo sont des araras... Un peu comme Rikiki et Patapon au pays des Trululus, ou comme le brick au thon de la cantine, bricoton qui me rappelle le tournicoton du Manège Enchanté de mon enfance (ah! Zébulon). Brimborion, tiens...

Il existe des mots, des phrases magiques qui font sourire. Pas par leur sens, non. Par leur musique. Par la succession des phonèmes qui les composent. Et même, moins la phrase a de sens, plus on peut se laisser guider par sa musique et par le pouvoir magique de ses sons.

Peut-être est-ce un retour à un stade très ancien, celui de l'apprentissage de la parole. Ce temps où l'on entend les autres produire des sons, sons doux, sons forts, sons drôles, sons magiques car ils produisent des effets, ces sons.

Les Bororo sont des araras. Quelle magie derrière ceux-là ? Un début de réponse ici.





Rencontré par un professeur d'histoire de l'art de nos connaissances : "Mickey l'Ange a peint le plafond de la chapelle sixteen".

Au fait, la réplique d'hier est tirée des Tontons Flingueurs. C'est Claude Rich qui la dit. Mais je ne suis plus certain qu'elle commence par "mon oncle". Il faudra que je vérifie...



- Pas de tag -
- Lien permanent vers cette note -
<< Précédemment
Par la suite >>
Accueil du Café Rechercher au Café
Liens à suivre... Syndication ?Historique Une bafouille ? Nuage de tags