Le 29/10/2017, 23h44

Nature morte


"Je prie ta sainte verge mais elle ne bouge pas"

Cette image est une illustration de la chanson Nature morte de ma chanteuse chérie Claire Diterzi, sur l'album Le salon des refusées, et plus précisément de la phrase lui servant de légende (à l'image).



En conséquence de quoi, le tatouage que j'y arbore, en dévotion devant ladite sainte verge, est librement mais directement inspiré de Claire.



Et, puisque que je m'en suis servi pour construire la photo, je dois à la vérité de préciser que le livre de nouvelles d'Anne Cécile, Sept petites histoires de cul, n'est pour rien dans l'absence de réaction de la sainte. A l'époque, j'avais même trouvé sa lecture plutôt stimulante, pour tout dire.

De la fiction à la réalité


Au hasard d'un voyage, la signalétique d'un rond-point m'a convaincu, si ce n'était déjà le cas, que ce post devait être fait et était une bonne chose. Les signes que le destin nous envoie nous sont parfois plus accessibles que les paroles d'une chanson d'Indochine.



Sainte-Verge existe, je l'ai rencontrée. Et on sait où la trouver : elle traîne vers la Motte des Justices.

Rien que de très normal, somme toute.

Sieste bucolique (contrepèterie champêtre)


Quitter les agités du bocal pour les alités du bocage
Et se coucher dans l'herbe...



- Mots clés : Photo, Montage, Nu, Claire Diterzi, Anne Cécile, Jeu de mots -
- Lien permanent vers cette note -
Accueil du Café Rechercher au Café
Liens à suivre... Syndication ?Historique Une bafouille ? Nuage de tags