<< Précédemment


Le 01/05/2016, 23h40

La vie rêvée des illustrateurs


On a pas mal parlé de la vie des artistes, illustrateurs et autres, et de leurs difficultés. A mon niveau, j'ai un petit témoignage à ajouter comme brique au mur de la réalité.

Ma copine Murielle, écrivain à temps partiel dont je vous ai causé plusieurs fois ici même, est alors en train de publier son cinquième roman. Elle a changé d'éditeur et me demande si je suis intéressé par lui dessiner une couverture (elle a plus de liberté sur ce point avec le nouveau). Banco !

Assez rapidement, je fais allusion à une rémunération pour ce travail. Pas que j'en aie à tous prix besoin pour vivre, mais par respect pour mes amis dans la profession, et pour ne pas que se propage par moi l'idée que l'illustrateur est le seul à fournir un travail qui ne mérite pas de rémunération dans la fabrication d'un livre (ah mais oui, c'est vrai, c'est pas un travail puisqu'il aime dessiner). Ma cops me répond qu'elle a posé la question à l'éditrice lors de leur première rencontre. Ils n'ont pas l'habitude de travailler comme ça. C'est plutôt des potes des auteurs qui font ça gratos. Mais au mieux, la dame pourrait aller jusqu'à 200€.

Comme la maison d'édition est petite, que je faisais ce boulot pour une copine et que je n'avais aucune idée des tarifs pro, je ne comptais même pas demander ça. Je réponds donc à Murielle de ne pas s'inquiéter, que je n'irais pas jusqu'à exiger cette somme, ne comptant pas gagner plus qu'elle sur la vente d'un de ses bouquins.

Et, à partir de là, on n'en parle plus. Mais -observez bien la subtilité- pour des raisons différentes :

- moi, parce qu'une somme avait été évoquée et qu'elle me convenait;


- elle, parce qu'elle avait déduit de ma réponse que je renonçais à me faire payer. C'est dire si elle ne comptait pas gagner beaucoup d'argent avec cette publication. Les illustrateurs ne sont pas les seuls à souffrir, mon bon meussieu. Les auteurs ne sont pas spécialement mieux lotis. Du coup, ma demande n'est pas remontée jusqu'à la maison d'édition.



Là dessus, l'œuvre est produite, dans un processus qui, après coup, me laisse admiratif en regard de ma capacité de gestionnaire de projet :

- je fais 2 premières propositions;



- Mumu me fait part de ses idées, me rappelle un dessin que j'avais fait pour annoncer ici la sortie de son second;


- je mène 4 pistes en parallèle, en échanges constants avec elle;



- les propositions sont présentées à l'éditrice qui en choisi une;


- cette proposition est encore modifiée sur une idée de Murielle puis, enfin, finalisée.



Force de proposition mais à l'écoute permanente du client, le tout en réalisant le travail dans le temps imparti. Moi, je dis "bravo" :)

La version finale plaît à tout le monde. C'est parfait.



Au bout d'un long moment, je me dis qu'on peut enfin reparler de sous. Mail à Mumu. Surprise. Explication. Gène. Gène de devoir demander à quelqu'un de payer pour quelque chose qu'il pensait avoir gratis. Elle prend sur elle et transmet ma demande à son interlocutrice. La dame doit défendre cette demande auprès de son boss (Le boss). Mais ce dernier n'apprécie pas qu'on lui réclame du blé après coup* et préfère, dans ce cas, ne pas se servir du dessin.

Je reste ferme sur ma position de principe. Ce n'est donc pas mon dessin qui illustre la couverture du bouquin de Murielle. Tant pis. C'est la faute à pas de chance (et à la radinerie d'un éditeur). Mais vous pouvez tout de même l'acheter, et je vous y invite, pour l'auteur et l'œuvre :)


"Gourou(e)" de Murielle Renault


* : il faut effectivement, et c'est logique, régler ce point avant de faire le travail. Mais vu le contexte, je n'avais pas pensé que ça puisse poser un quelconque problème.

Trop hype


J'ai décidé, moi aussi, de rejoindre le mouvement no-pooh.

Du coup, ça fait trois semaines que je n'ai pas fait la grosse commission. Ça me tiraille un peu au bas du ventre (personne ne parle de ces symptômes sur le net), mais ça va aller. J'y crois. Fort. Yanamare de toute cette pollution fécale...







Eh, déconnez pas ! Le mouvement, c'est no-poo et il ne concerne pas l'arrêt des fèces mais celui du shampoing. Mais même en anglais, l'orthographe a son importance. Avec un h, c'est caca. Et ainsi, de façon assez acrobatique, j'arrive aussi à créer une continuité avec le jeu de mot de fin de mon précédent post. Qui m'étonne moi-même. Trop fort...



- Mots clés : Dessin, Murielle Renault, Blabla, Jeu de mots -
- Lien permanent vers cette note -
Le 27/04/2016, 01h10

De l'autre côté


La mare aux merveilles


Comment nous comportons-nous quand on nous accorde un pouvoir que nous n'avions pas, que nous avions toujours subi, ou encore quand nous le prenons ? Bref, que se passe-t-il quand nous passons de l'autre côté ?

Son altesse sérénissime PrincessH a évoqué cette question, en souriant, dans un récent dessin pour le journal de Julie.

Personnellement, la chose m'est arrivée une fois. J'ai commencé une thèse. J'étais déjà ingénieur (ça vous pose un homme), j'avais fini mon service militaire (ça vous le date) et la recherche me faisait de l'œil. Vous me connaissez, je n'ai jamais su résister à ce genre d'avances.

Pendant les quelques mois qu'a duré ce début de thèse, qui n'a jamais dépassé ce stade, j'ai été amené à surveiller un partiel -un devoir sur table, un truc comme ça. J'ai été momentanément investi d'un nouveau pouvoir, celui des profs qui avaient accompagné ma scolarité. J'avais leur autorité pendant deux heures. J'en ai donc usé pour bien faire -car j'essaie toujours de faire bien- ce que je pensais qu'on attendait de moi : empêcher les étudiants de tricher. Un surveillant ne peut servir qu'à ça le temps d'une épreuve écrite. Je les ai donc regardé, tous, et j'ai marché entre les rangées de tables.

C'est fou ce qu'on voit quand on est de l'autre côté. Les élèves sont naïfs de se croire invisibles en tentant d'être discrets. C'est qu'ils n'ont jamais fait l'expérience de l'autre point de vue, depuis le bureau du prof. Pour peu qu'on regarde, parce qu'on n'est pas occupé à écrire au tableau, on y voit vraiment tout.

J'ai donc parfaitement vu cette demoiselle et l'état de détresse qui était le sien devant le sujet de l'épreuve. J'ai vu ses tentatives pour chercher de l'aide, celles de ses voisins pour lui en fournir. Et comme surveillant cherchant à bien surveiller, j'ai regardé souvent, ostensiblement, dans sa direction. J'ai marché dans les allées bordant sa table, interrompant ainsi les tentatives de secours.

En passant, il est intéressant de s'arrêter sur ce pouvoir qui n'existe que parce que ceux sur lesquels il s'exerce croient en lui. Car enfin, qu'est-ce que j'aurais fait si ils avaient, sans se soucier de ma présence, échangé des réponses ? Je n'avais reçu aucune consigne à ce sujet. Est-ce que j'aurais menacé, noté leurs noms pour les communiquer à ceux qui m'avaient promu à ce rôle de garde chiourme dont je tentais de m'acquitter au mieux ? Peut-être. Je n'en sais rien.

Ce jour-là, elle aurait voulu tricher, je le savais, et elle savait que je le savais. Quand elle a compris que je ne relâcherais pas ma surveillance, elle a rendu sa copie en avance et est sortie. Je crois me souvenir qu'elle était presque en pleurs.

Cette victoire, c'en était une car c'était un succès franc et net de la surveillance sur la triche, m'a tout de même laissé un sentiment mitigé. Si c'était sûrement ce qu'on attendait de moi, ce que j'avais fait était-il bien pour autant ? En école d'ingénieurs, nous avions eu un étudiant thésard qui surveillait certains de nos devoirs sur table et n'était pas trop regardant sur notre comportement pendant l'épreuve. Il était sympa, nous l'aimions bien. Au moment de décider comment agir, je ne disposais donc pas d'un modèle de comportement unique. Mais j'ai choisi celui majoritairement rencontré. Par ailleurs, mes parents ayant cherché à m'inculquer une certaine probité, il était important pour moi, dans une telle épreuve, que tous concourent avec les mêmes règles et que tous les respectent. Pourtant, et même s'ils ne sont que l'exception confirmant la règle, il a dû m'arriver en quelques rares cas de jeter un œil de côté ou dans un livre pendant une épreuve. Au moment de décider comment agir, je savais donc qu'on peut ne pas toujours être au top et qu'une telle pratique, accidentelle, ne remet pas en cause tout un cursus.

Pourtant, je n'ai pas détourné le regard, bienveillant, compréhensif. J'ai fait ce que je pensais qu'on attendait de moi, sans état d'âme. Quand j'y repense aujourd'hui, j'espère fort ne jamais avoir à vivre une guerre. Je ne suis pas sûr que j'aimerai ce que j'y ferai.



Winter is coming


Variante, version Disney


Jouer à "ni oui, ni l'ourson"...



- Mots clés : Photo, Photo retouchée, Blabla, Jeu de mots -
- Lien permanent vers cette note -
Le 29/03/2016, 22h55

Aller et retour

Aller-retour éclair en banlieue parisienne pour Pâques. Voyage familial.

Pour changer de l'habituel sommeil bercé par le dodelinement du TGV, j'avais emporté mon livre du moment et mon carnet de dessin, avec comme contrainte de dessiner, à l'aller comme au retour, ce que ma lecture m'inspirerait.

Mission accomplie.


A l'aller



Au retour


Mon livre du moment, c'est "De bons présages", écrit par Terry Pratchett et Neil Gaiman. Humour et délires en cascade. Il faut avouer qu'il n'est pas difficile d'y puiser l'inspiration d'un dessin, surtout en laissant jouer sa propre imagination.

Le bonus du retour


Le petit plaisir supplémentaire de l'iDTGV a été de me faire voyager à côté de Poulop. Il rentrait des 23 heures de la BD. Nous avons sorti nos crayons à peu près en même temps, mais :
1- il en avait plus que moi.
2- pendant que je faisais mon dessin, lui dessinait une BD de 4 pages*.

Ça a quand même été l'occasion de causer un peu. Et le jeune homme étant talentueux, ça fait un blog de plus à suivre. Allez voir notamment ses petites vidéos Comment bien dessiner xxxx ?.

Dans Bordeaux et ses alentours, je savais qu'on avait le pont d'Aquitaine, le panda qui t'aime (Jérôme d'Aviau, dit Poipoipanda) et Thorn (la belle au petit caillou de la série Precious de Cali la grande). Voilà donc aussi Poulop.



* : OK, j'exagère. Il n'avait pas encore encré les deux dernières. Mais c'était fait à l'arrivée.

Conjugaison


J'entends souvent les gens dirent "Qu'est-ce qu'il faut comprendre ?". Ça m'horripile. Je ne supporte pas. Un verbe, ça se conjugue, merde ! C'est quand même pas difficile de dire "Qu'est-ce qu'il faut qu'on prenne ?".



- Mots clés : Dessin, Poulop, Jeu de mots, Jérôme d'Aviau, Thorn, Cali Rezo -
- Lien permanent vers cette note -
<< Précédemment

Accueil du Café Rechercher au Café
Liens à suivre... Syndication ?Historique Une bafouille ? Nuage de tags