<< Précédemment
Par la suite >>

Le 11/05/2014, 22h50

Bidons en cascade



Ce gros bidon-ci a déjà éclos. Vous en avez déjà été témoin sur FB ou Instagram.

Il y en a un second qui est prévu pour le mois de juillet :



Et, sans vouloir me vanter, un troisième devrait arriver en novembre.



Stany
Je vais vous raconter une histoire remontant à quelques années. L'histoire d'une rencontre avec une polonaise que je voyais presque tous les midis, dans un restaurant d'entreprise à la Défense, au temps où j'étais encore banlieusard. Sa bonne humeur, sa gouaille, son accent chantant en faisaient un personnage qu'il m'était d'autant plus facile de trouver sympathique que mes propres origines rendaient tellement familière la musicalité de ses mots. Qu'elle fusse à la caisse ou au service des plats, c'était d'un même "Bonjourr, bonjourr" qu'elle nous accueillait, roulant ses R.

Un soir, lors d'une sortie à la Comédie des Champs-Élysées, des collègues l'ont reconnue de loin, en ouvreuse. J'ai confirmé. La retrouver là était surprenant mais, même à distance, le doute semblait difficilement permis. Cependant, le lendemain, au restaurant, elle a nié être cette personne que nous avions vue circuler dans les allées. Mais je n'ai pas cru à sa dénégation : il aurait fallu qu'elle ait une jumelle et n'en faisait pas mention.

Environ quatre ans après avoir quitté la Défense et ce restaurant, c'est avec un réel plaisir que j'ai à nouveau entendu cette voix chantante dans un reportage de Frédéric Pommier, sur France Inter. C'était un reportage sur les ouvreuses du théâtre de la Comédie des Champs-Élysées. La personne qui parlait ainsi s'appelait Stany. Ce n'est pas une jumelle mais un clone qu'aurait dû avoir ma polonaise si elle n'avait elle-même eu cette double vie, ou double activité seulement, je suppose. Mais comme elle l'a confié au micro, ce n'est pas avec des émoluments d'ouvreuse que l'on peut vivre correctement. Et les regrets qu'elle semblait exprimer sur cette vie qu'elle disait ratée ont sonné bizarrement à mes oreilles.



Cette histoire, je l'ai mise en mots pour l'envoyer à Frédéric Pommier. J'aurais aimé avoir sa réaction sur cet autre pan de la vie de Stany, que son reportage présentait comme aussi sympathique que j'avais pu moi-même la percevoir. Je n'ai pas eu de réponse. L'a-t-il seulement reçue, cette histoire ? C'était il y a quatre ans.



- Mots clés : Photo, Enceinte, Blabla, France Inter -
- Lien permanent vers cette note -
Le 08/05/2014, 12h00

Dehors, dedans



"Chéri, va voir les petits dans la voiture. Ils sont trop mignons, la bouche ouverte.
- Je prends la tablette pour faire une photo.
...
- Fais voir... euh... C'est quoi, là ? Ton reflet ?
- Ah oui, on ne les voit pas très bien, du coup. Nan mais c'est pas grave, j'aime bien quand même. Je garde."



Auto-dérision
C'est quand même une preuve magnifique d'auto-dérision, pour une communauté rassemblant des personnes identifiées par leurs pratiques sexuelles minoritaires, de s'intituler "Les Gaies Bites Rances". Non ? (#LGBT, avec tout mon respect)

(Ouais, ok : il manque bien "bienne". Et là, j'ai envie de dire "Et alors ?")



- Mots clés : Photo, Jeu de mots, LGBT -
- Lien permanent vers cette note -
Le 05/05/2014, 22h22

Changement de saison



De l'hiver au printemps, éveil de la nature...

Eh oh ! Ça va ! Moi aussi, je lis l'éphéméride de ma cops Rachel sur FB et je sais qu'on était aujourd'hui le 47ième jour du printemps. Question transition, on est un poil décalé.

Mais bon, c'est pas grave. La plupart des gens qui passent ici ne savent pas lire et...



Toc toc... Allô ? Un deux, un deux...

Ah ! Je crois que le micro était branché.



Euh...
Bègue des intestins, il défèque au pied d'un arbre : étron et tronc...



- Mots clés : Photo, Jeu de mots -
- Lien permanent vers cette note -
<< Précédemment
Par la suite >>
Accueil du Café Rechercher au Café
Liens à suivre... Syndication ?Historique Une bafouille ? Nuage de tags