<< Précédemment
Par la suite >>

Le 20/07/2009, 02h30

La fusée à Paulo


Vous l'avez surement noté, le Buzz du moment s'appelle Aldrin et fut en quelque sorte le Poulidor de l'espace. Et si les américains veulent retourner sur la Lune, c'est sans doute qu'il y a une bonne raison... :)





En écho à moi-même...
...et ce que je disais la dernière fois sur la grippe, je vous livre un truc assez intéressant que j'ai reçu. Si vous avez un bon quart d'heure à y consacrer, c'est assez instructif. C'est un point de vue qu'on n'a pas trop l'habitude d'entendre par chez nous sur les vaccins. Après, chacun se fait son opinion, essaie en tous cas. Donc allez écouter ça...



- Mots clés : Photo, Dessin, Technique mixte, Jeu de mots, Lune, Grippe A -
- Lien permanent vers cette note -
Le 17/07/2009, 00h56

La cave se rebiffe


Web quatre points zéro (vraiment en avance, quoi)



Presque Ririesque, celle-ci :)




La grippe A vaut 10
Vous avez suivi ce qui s'est passé dans la colonie de vacances près de Megève ? Ils étaient une trentaine. La grippe A s'invite là et les voilà en quarantaine. C'est donc mathématique, la grippe A vaut 10.



Sérieusement
A propos de cette grippe A/H1N1, vous ne trouvez pas qu'ils en font un peu beaucoup, média et gouvernement ? Elle n'est pas plus dangereuse qu'une grippe saisonière banale, ne tuera pas plus de personnes (pas moins non plus). Alors pourquoi tout ce pataquès ? Pourquoi ce milliard d'euros dépensé en vaccins ? Parce qu'ils ont peur qu'elle mutte pendant l'été ? Les vaccins deviendraient sans doute inopérants. Alors quoi ? Je ne vois qu'une seule explication (à part la peur de se voir accuser d'immobilisme, ce qui ne serait pas du genre d'un gouvernement qui s'agite et fait feu de tous bois), c'est qu'il s'agit ni plus, ni moins, d'une répétition grandeur nature des mesures imaginées pour la future épidémie de grippe aviaire, celle qui ne manquera pas d'arriver un jour et qui, elle, sera très méchante. Car, si on n'arrive pas à endiguer une épidémie (quasi) inoffensive, la copie sera à revoir sérieusement.


- Mots clés : Photo, Cave, Jeu de mots, Grippe A, Toile -
- Lien permanent vers cette note -
Le 15/07/2009, 00h34

Comme dans une BD


Les dessinateurs de BD ont chacun une façon propre de dessiner les visages. Quand les traits semblent exagérés, on les imagine dans un rôle de caricaturistes, forçant le trait pour assoir une ambiance, faire passer une émotion ou un message. Et puis un jour, on croise quelqu'un qui ressemble au détail près à un de ces visages. On comprend alors que le trait n'était pas forcé mais qu'on ne connaissait juste personne ayant ce visage là. Ainsi, il m'est déjà arrivé de rencontrer une fille de Manara, une de Maester, de croiser un bonhomme de Goossens* (et je n'aurais pas parié un kopeck dessus). Et récemment, et ça m'est apparu comme une évidence au premier regard, j'ai trouvé ma fille de Loisel...





Distance sociale
Ce soir, sur Arte, passait "Un monde sans pitié", d'Eric Rochant. Je l'ai regardé. Je l'aime bien et il me rappelle une petite histoire.

Scène 1
1989, Toulouse. Le film est sorti depuis peu. Nous sommes quelques amis à nous promener dans la rue, un soir. L'un nous lance : "Vous avez vu ce film ? Et bien, je connais la fille qui a inspiré à Rochant son héroïne". Ou, plus précisément, c'est sa soeur qui en est une copine. Et de nous raconter qu'à sa connaissance, le film prendrait l'histoire originale un peu à l'envers puisque ce serait elle et non le héros qui aurait le plus morflé. Marrant.

Dont acte.


Scène 2
1990, banlieue sud de Paris. Le thésard qui partage mon bureau raccroche le téléphone.
"C'était qui ?" je lui demande.
"Pas la peine, tu ne la connais pas.
-Dis toujours..."
Il sourit. Il tient son effet :
"Tu as vu 'Un monde sans pitié' ?
-Oui.
-Eh bien, c'est la fille qui a inspiré le personnage de l'histoire.
-Ah non ! On m'a déjà fait le coup."
Je lui raconte la scène 1. Il me confirme cependant qu'il est un très bon ami de cette fille mais reste discret quand je lui demande confirmation de cette inversion de scénario.

Poilant.

Sans pitié ou pas, le monde est décidément petit.


Epilogue
Quelques mois après, chez l'ami de la scène 1. Il s'est fait engueuler par sa soeur qui s'était faite engueuler par sa copine : "Alors, tu racontes à tout le monde que je me fais larguer par mes mecs ?"

Petit, peut-être, mais vraiment sans pitié... :)




* : cliquez là pour quelques images, si vous ne connaissez pas Daniel Goossens. Personnellement, je lui dois quelques uns de mes fous rires de lecteur de 'Fluide Glacial'.


- Mots clés : Photo, Référence, Blabla, Souvenir, Arte -
- Lien permanent vers cette note -
<< Précédemment
Par la suite >>
Accueil du Café Rechercher au Café
Liens à suivre... Syndication ?Historique Une bafouille ? Nuage de tags