<< Précédemment
Par la suite >>

Le 23/02/2010, 00h55

Chuck Norris' style




Encore l'occupation d'une réunion, fait en souvenir de ça, évidemment... :)



Botul et boules de gomme
Ça a fait du bruit ces derniers jours, et pas qu'en France. Bernard-Henri Lévy se serait ridiculisé en citant, dans son dernier ouvrage sur Kant, un extrait de "La vie sexuelle d'Emmanuel Kant" du philosophe Jean-Baptiste Botul. Le hic, c'est que Botul n'existe pas. Enfin pas vraiment. Pas au sens où on l'entend généralement. Il est le produit de l'imagination d'un petit groupe de personnes qui, depuis quelques années, s'amusent à lui donner vie; ce que certains appelleraient une imposture littéraire, quoi.

Frédéric Pagès et Hervé Le Tellier, deux des créateurs de Botul, étaient invités il y a une dizaine de jours sur France Inter pour en parler. En fait, BHL n'est même pas à blâmer de s'être fait piéger. Je n'ai pas lu leur livre sur Kant mais je connais un peu Hervé Le Tellier au travers de l'Oulipo, dont il est membre, et je me dis que si tout le groupe est du même tonneau, leur philosophe doit tenir la route.

D'ailleurs, en fin d'émission, quand on leur a demandé de résumer la philosophie de Jean-Baptiste Botul, Frédéric Pagès a dit "l'existence précède l'essence, mais de peu". Ça ne vous rappelle rien ? Cette philosophie-là, un peu qu'elle tient la route... :)



Définition
Je propose à Pagès et Le Tellier de définir ainsi la doctrine de leur philosophe : "le botulisme est un immobilisme".



- Mots clés : Dessin, Chuck Norris, Frédéric Pagès, Hervé Le Tellier, Jean-Baptiste Botul, Bernard-Henri Lévy, Jeu de mots -
- Lien permanent vers cette note -
Le 17/02/2010, 00h13

Oeuvre inachevable




Voici (enfin !) l'aboutissement du jeu collecif "La Cène" initié il y a presque un an (un an... je n'y croyais pas en retrouvant le post originel).

Bref, il était temps que ça arrive. Il aurait été dommage de souffler les bougies sans le cadeau. J'ai mis à jour la page dédiée. Vous y trouverez quelques détails supplémentaires sur la réalisation ainsi que les noms de tous les participants.


Encore une fois, merci à tous.



Tiens, à propos...
...d'anniversaire, fin janvier, votre Café a dépassé les 4 ans d'existence. Ca n'en fait pas un dinausore, mais le patron, qui a ajouté ces 4 piges à son compteur, n'a, dirait-on, pas vu sa mémoire s'amméliorer... :)



Maison de retraite
Les dix gagas ne sont pas neuf(s).



- Mots clés : Montage, Jeu collectif, Jeu de mots -
- Lien permanent vers cette note -
Le 13/02/2010, 01h25

Mousse bio



(c'est la première bière qui me fait de la mousse solide, et elle était bio)



Politique éthique : et tac !
Les élections régionales approchent. le PS rêve d'un grand chelem. C'est d'ores et déjà raté : en excluant Georges Frêche en Languedoc-Roussillon et en présentant une liste contre lui, il perd déjà une région à coup sûr puisque Frêche sera réélu. Il est trop bien implanté, trop apprécié dans son fief pour qu'il en soit autrement.

Et, avant de poursuivre, je dois vous avertir que je suis obligé de m'auto-exclure de ce parti sans même y avoir adhéré. Il me faut confesser en effet avoir à plusieurs reprises utilisé l'expression "pas très catholique", y compris en parlant à un collègue de confession juive. Au nom de l'égalité de traitement, je m'auto-exclus donc.

Je ne sais pas ce qu'ils ont contre lui, au PS (et même ailleurs), mais ils lui en veulent beaucoup et chaque déclaration de Frêche à la marge de la bien-pensance actuelle leur sert d'angle à toutes attaques, les uns pour se débarrasser du bonhomme, les autres pour se refaire une virginité devant les micros.

Petit retour sur les affaires précédentes. A propos des harkis, on n'a quasiment jamais entendu que "Frêche a traité les harkis de sous-hommes". Une seule fois, j'ai vu une vidéo moins tronquée qui situait la phrase dans son contexte. De mémoire, il s'étonnait vivement de ce que la communauté harki soutenait quelqu'un qui, à une époque, leur avait grave chié dans les bottes (oui, je sais, c'est très approximatif comme souvenir). D'où sa pique "mais vous êtes des sous-hommes ou quoi ?". Personnellement, ça me choque moins vu comme ça.

Autre scandale, il a dit qu'il y avait trop de noirs en équipe de France (de foot). Je ne m'intéresse pas assez au foot pour juger de la qualité de la sélection. Mais on a le droit (et même presque le devoir) de dire qu'il n'y a pas assez de noirs minorités visibles à la télévision mais pas qu'il y en a trop quelque part ailleurs. On peut dire en revanche qu'il n'y a pas assez de femmes dans les conseils d'administration. C'est peut-être "trop" qu'on a pas le droit d'employer... Pourtant, dire qu'il n'y a pas assez d'une catégorie sous-entend généralement qu'il y a trop d'une autre : il y a trop d'hommes dans les conseils d'administration. Est-ce que Frêche aurait pu dire qu'il n'y a pas assez de blancs en équipe de France ?

Vous savez quoi ? Cette pensée unique et obligatoire, lisse et à vocabulaire aseptisé, ça me gonfle.



- Mots clés : Photo, Blabla, Pensée unique, Georges Frêche -
- Lien permanent vers cette note -
<< Précédemment
Par la suite >>
Accueil du Café Rechercher au Café
Liens à suivre... Syndication ?Historique Une bafouille ? Nuage de tags