<< Précédemment
Par la suite >>

Le 04/12/2011, 21h00

Un oeil sur la planète





A moins que ça ne soit une planète dans l'oeil... Je ne sais plus trop, là.



Le mot des parents
Veuyé excusé mon peti Fraise qui na pale tant de maitre a jour son blog anse moman.
Cinié la maman de Fraise.

(merci pour elle)



Mon obsession du moment
Tous les matins, devant ma glace, c'est régulier, je m'érige en pourfendeur des marchés. Cette érection matinale est, parait-il, signe de bonne santé.

Il faut dire qu'il n'y a pas un journal, une tranche d'info, qui ne nous parle de la déprime des marché, de triple A, d'agences de notation et de la dette des états. Et on nous présente ces marchés comme une bande de charognards s'attaquant successivement aux plus faibles de la tribu de l'Euro : la Grèce, l'Espagne, l'Italie. La France a sa part et même l'Allemagne, qui était LA garantie de chacun des plans de sauvetage imaginés tour à tour, commence à voir ses perspectives assombries : sa dernière tentative de financement n'a pas emporté le succès attendu et on commence à entendre s'exprimer des doutes sur sa capacité à rembourser sa propre dette.

Alors, il y aura toujours quelqu'un pour nous dire de ne pas confondre le thermomètre et la maladie. Ce ne sont effectivement pas les marchés qui ont forcé les états à s'endetter, masquant ainsi à leur population l'état réel de leur économie, quand ce n'était pour faire des cadeaux aux plus riches de leurs amis.

Mais les marchés n'ont pas que ce rôle objectif de thermomètre. Ils tiendraient plutôt du pharmacien qui en profite pour vivre aux dépends du malade. Car l'effet direct de tout ce bazar autour des notes des agences, c'est bien la hausse des taux d'intérêt des prêts aux états. Et qui dit hausse des taux dit meilleur rendement pour les prêteurs, c'est à dire les marchés. Autrement dit, ces derniers ont bien intérêt à cette situation. Les marchés, certains de leurs opérateurs en tous cas, ont bien intérêt à jouer contre les états, contre la zone Euro, à parier sur les baisses, les chutes, les échecs. Et, après tout, on ne voit pas pourquoi ce gigantesque casino se priverait d'une de ses nouvelles machines à sous, si performante.

J'entendais l'autre matin un indigné espagnol le dire lui aussi sur l'antenne de France Inter : les marchés ne sont simplement pas un partenaire fiable.



Musique de chambre
Il ne faut pas confondre sextette et fellation.


Encore que... Y a des points communs... Le pipo, peut-être ?



- Mots clés : Photo, Oeil, MiniFrez, Blabla, Finance, Jeu de mots -
- Lien permanent vers cette note -
Le 15/11/2011, 00h45

Peur sur les marchés



Même les noix de coco semblent apeurées sur l'étale des primeurs. Déprimant ! Mais qu'est-ce qui pourra rassurer les marchés ?



Crise du logement ?
Certain marins, qui habitent sur leur bateau, prennent ainsi leur catamaran pour leur bicoque...



- Mots clés : Photo, Fruit, Jeu de mots -
- Lien permanent vers cette note -
Le 03/11/2011, 01h20

La porte de la sérénité



Trouvée à Sainte Croix du Mont le weekend dernier...

Un petit blanc liquoreux pour l'apéro ?



C'est un comble !
Une question à la mode de celles de notre enfance : quel est le comble de l'allergie à la malbouffe ?




Mourir chez Mac Do d'un œdème de Quick...



Quelques réflexions grecques
Vous avez entendu ? Dans un prochain référendum, les grecs pourraient bien refuser le plan de sauvetage du monde, refuser cette cure d'austérité draconienne et sortir d'eux-même de l'Euro. Il faut dire qu'avec un tel traitement de cheval, le patient pourrait bien mourir guéri.

Ça me rappelle la crise immobilière due aux subprimes aux États-Unis, en 2008. Les ménages ne purent soudainement plus faire face à des traites qui avaient rapidement explosé. Les banques, pour récupérer leurs sous, saisir les maisons en en expulsant les payeurs devenus mauvais. Mais impossible de les vendre, plus grand monde n'étant en capacité d'acheter. Le temps et les pillards faisant le reste, ces biens ne valurent assez vite plus un rond. Et tout le monde fut perdant.

Évidemment, après coup, on trouva quand même quelques esprits pour dire qu'il aurait été plus intelligent d'étaler les remboursements, renégocier les dettes. Et en Grèce, quelles conséquences si c'est tout un pays qu'on presse ainsi ?



- Mots clés : Photo, Sainte Croix du Mont, Blabla, Jeu de mots -
- Lien permanent vers cette note -
<< Précédemment
Par la suite >>
Accueil du Café Rechercher au Café
Liens à suivre... Syndication ?Historique Une bafouille ? Nuage de tags