<< Précédemment
Par la suite >>

Le 07/05/2009, 01h15

Coming soon



Fleur de nurserie...



- Mots clés : Photo, Guêpe, Alvéole -
- Lien permanent vers cette note -
Le 05/05/2009, 00h58

Chercher sa place au soleil




Question
Un des leitmotivs libéraux de ces dernières années sur le Marché, de ces affirmations impossible à remettre en cause, était qu'il ne fallait surtout pas lui mettre de règle, qu'il s'auto-organisait au mieux.

Donc, en l'absence de règle, l'auto-organisation conduirait à une organisation optimale.

J'aimerais donc qu'on m'explique pourquoi, dans le système qu'est notre société humaine, il a fallu édicter des milliers de lois (correspondant à un ensemble de valeurs morales), une police pour les faire respecter, un système judiciaire pour juger ceux qui s'en écartent, afin de réparer, au moins en partie, le tort ainsi causé aux autres membres de la société ? Autrement dit, tout le contraire de ce qui est préconisé pour le Marché. Dans un cas comme dans l'autre pourtant, l'absence de règle (morale) conduit petit à petit à la domination du plus fort, à un système orienté au profit d'un petit nombre au détriment du plus grand.

Est-ce ça, une organisation optimale ?

Pour la majorité des humains, non. Mais pour le Marché ? Peut-être qu'alors, les quantités d'échanges, les flux financiers sont maximales. Peut-être que l'optimisation du Marché et la maximisation du bonheur des personnes qui y oeuvrent sont juste complètement antinomiques. Est-ce ça, le Marché ?


Par quel sortilège ce Marché a-t-il alors atteint ce statut intouchable ? Parce que, si son succès minimise le bonheur collectif, il maximise en revanche les possibilités de gains individuels. L'individu contre la collectivité, avec comme moteur l'avidité : autant de mots qu'on entend parfois prononcer ces derniers temps...



- Mots clés : Photo, Animal, Lézard, Blabla, Marché, Auto-organisation -
- Lien permanent vers cette note -
Le 28/04/2009, 23h47

Alert level four


Parmi toutes ces lettres, une est particulièrement dangereuse. Mais laquelle ?





Trouvé ? Mais bien sûr, vous l'avez reconnu avec son air fourbe : c'est le H saint qu'est nain... :)


Même si, en ce moment, c'est plutôt un cousin un peu moins bien classé, le H1N1, qui fait parler de lui, au Mexique et ailleurs. Soit disant qu'en France, on serait parmi les mieux équipés (oui, on me le dit souvent... euh...) en masques et autres Tamiflu. On est aussi équipé en chercheurs de tous poils, voire même en écrivains de polards. D'ailleurs, vous connaissez Fred Vargas ? Avant de rencontrer le succès en librairie, elle était (est encore ?) une tête chercheuse : archézoologue et historienne, spécialiste de la peste noire. Un esprit curieux, pointilleux et rigoureux, qui décortique les problèmes auxquels elle s'attaque. Elle a tenté d'attirer l'attention sur les insuffisances de ces équipements : les masques prévus ne sont pas assez sûrs. Et le plus grave danger, en cas de pandémie, sera dû aux comportements générés par la panique. Mais en attendant de bricoler vous-même votre cape de survie, let's keep cool : restez donc ici, les virus ne supportent pas l'alcool. Sans compter qu'en toussant dans son verre, on ne contamine personne...





Le jeu de Cène avance (enfin :) ). Les premières participations sont arrivées : Lunaba, Moonfox et ABY. Je vais même pourvoir commencer le montage, tout en attendant les autres. Tout est récapitulé (ou en cliquant sur la bannière).

- Mots clés : Graphisme, Jeu de mots, Grippe, Fred Vargas, Jeu collectif -
- Lien permanent vers cette note -
<< Précédemment
Par la suite >>
Accueil du Café Rechercher au Café
Liens à suivre... Syndication ?Historique Une bafouille ? Nuage de tags