<< Précédemment
Par la suite >>

Le 21/09/2012, 00h20

Lalala à base de bulles



Retour des fils de fer de champagne entortillés (pour les incultes de mon genre, ils forment la ceinture et le corps -ou cage- du muselet) avec cette petite chanteuse. A ma fille qui trouvait qu'elle chantait en se servant de son cordon ombilicale comme micro, j'ai objecté que c'était une chanteuse engagée : elle chante avec ses tripes... :)



Publicité de colonie de vacances
Pour Hypolite le jardinier :


Hypo, il taille ta haie
Hypo, il taille, ça y est
Hypo, il taille, taille
Hypo, itou qu'il boute
Hypo, il boute et tout y est.




Vous aurez reconnu cette comptine néo-zélandaise (je l'apprends en même temps que vous - comme quoi, on peut tenir un bistrot et être aussi ignorant que le commun des mortels [non, ne protestez pas, j'en ai bien conscience]) qu'on apprend en colo ou centre aéré, accompagnée d'une gestuelle digne des sectes les plus imaginatives. Pour ceux à qui ça échapperait encore, voici de quoi réviser avec les délicieux Chanson Plus Bifluorée :)





- Mots clés : Photo, Tortillon, Hipo y tai tai yeh, Musique, Jeu de mots -
- Lien permanent vers cette note -
Le 18/09/2012, 01h40

Wet wet web



Vision d'un univers perlé d'étoiles ou d'une matinée chargée d'humidité. C'est selon l'humeur...


Pour ceux qui préfèreraient une vue plus globale, un peu plus concrète, du coup :



La toile perlante de rosée, c'est l'internet qui prend l'eau ? :)

En fait, quelle image vous parle le plus ?



- Mots clés : Photo, Toile, Abstrait -
- Lien permanent vers cette note -
Le 12/09/2012, 23h44

Le début ou la fin ?



Et si cette fameuse lumière au bout du tunnel que l'on apercevrait au moment de passer l'arme à gauche n'était en fait que notre premier souvenir visuel, le souvenir de notre expulsion, notre sortie initiale, notre arrivée à l'air libre auquel nous aurions fugacement accès, dans une ultime contraction de notre cerveau ?

Alors, ici, est-ce le début ou la fin ? Ou autre chose ?




Youn Sun Nah
J'ai déjà eu l'occasion d'évoquer ici cette chanteuse de jazz coréenne extrêmement francophile. C'était après l'avoir découverte dans cette reprise de "Message in a bottle" de Police, sur le dernier album du guitariste Ulf Wakenius.


Depuis, nous sommes allés l'écouter et la voir sur scène, avec MiniFrez.

Ça a été une très belle soirée, riche en émotions et découvertes. Elle était donc accompagnée d'Ulf Wakenius à la guitare (ces deux-là semblent traîner plus que souvent ensemble) ainsi qu'un accordéoniste (Vincent Peirani ?) et un contrebassiste (Simon Tallieux ??). Talent à tous les étages... Pour référence, Wakenius a été le dernier guitariste du quartet d'Oscar Peterson.

Et toute la soirée, nous avons assisté à un phénomène assez extraordinaire : celui des multiples mutations de Youn Sun Nah...



Youn Sun Nah est une personne adulte d'un peu plus de 40 ans qui est d'une timidité touchante quand elle s'adresse au public (dans un français parfait, soit dit en passant). En revanche, quand sa voix est portée par des notes, quand elle chante, elle acquiert une dimension toute autre. Elle devient géante, elle devient esprit et elle habite ses chants autant qu'ils l'habitent. Comme leçon d'interprétation, elle nous a offert la plus belle version de "Avec le temps", de Léo Ferré, que j'aie pu entendre (allez, à égalité avec l'originale, quand même). Elle en pleurait à la fin, tout comme ma douce fille et moi-même, et surement bien d'autres dans la salle.

Bref, tout ça pour vous conseiller à nouveau de vous intéresser à cette dame et aux gens qui l'entourent.




De l'histoire des chansons
A Essaouira, à l'époque où cette ville encore naissante réclamait beaucoup d'enthousiasme à qui y habitait, vivait Histocrate, un lézard vraisemblablement grec d'après la consonance de son nom.

Pour son malheur, Histocrate n'avait que peu d'allant et les autres habitants le lui firent payer : il termina brulé, ses cendres dispersées dans un champ. On fit de cette anecdote une chanson :


A Essaouira, saouira, saouira,
Lézard Histocrate a l'allant terne.
A Essaouira, saouira, saouira,
Lézard Histocrate, on l'épandra.


Cette chanson connu un certain succès, mais en d'autres circonstances...



Post Scriptum
Si vous êtes sur Fèces-bouque, vous pouvez toujours allez voter pour mon autoportrait sur la page du concours organisé par Riri. Et même pour d'autres...


- Mots clés : Photo, Dessin, Youn Sun Nah, Ulf Wakenius, Jeu de mots -
- Lien permanent vers cette note -
<< Précédemment
Par la suite >>
Accueil du Café Rechercher au Café
Liens à suivre... Syndication ?Historique Une bafouille ? Nuage de tags